Les gemmes de la sagesse

Complter une bonne action vaut mieux que de lentreprendre.

* Il vaut mieux conduire gentiment un solliciteur que de lui faire une promesse qui nen finit pas de se prolonger.

Le plus quitable des gens est celui qui fait preuve dquit, alors quil est dans une position de force, et le plus clment dentre eux est celui fait montre de clmence, alors quil est dans une position de puissance.

Le plus proche dAllah parmi les serviteurs est celui qui dit le plus la vrit, mme son dtriment, et qui lapplique le plus, mme sil y rpugne.

* La rforme des ennemis par la bonne parole et une conduite agrable est moins difficile que de les affronter et de les vaincre dans les douleurs du combat.

* La courtoisie envers les ennemis dAllah dans leur pays est une protection contre la Torture dAllah et une prvention contre des conflits prouvants dans le monde dici-bas.

* Combattre les ennemis dans leur pays et lutter contre eux malgr leur pouvoir, cest abandonner le commandement dAllah et sexposer aux preuves de ce bas monde.

* Consulte tes ennemis, tu dduiras de leur opinion le degr de leur hostilit, et de leur pense les objets de leurs intentions.

Endure patiemment lamertume de la vrit et garde-toi dtre dup par  la douceur du faux.

Garde le silence et contente-toi avec longanimit de la portion congrue,  tu seras puissant dans ce bas monde et dans lautre monde.

Tirez la leon de lexistence de ceux qui vous ont prcds avant que vos successeurs ne tirent la leon de votre existence.

Faites le bien autant que vous le pouvez, car meilleur que le bien est celui le fait (le bienfaiteur), et viter le mal, car pire que le mal est le malfaiteur.

Sachez que parmi les malheurs, il y a lindigence, mais pire que lindigence est la maladie du corps et pire que la maladie du corps est la maladie du cur.

Sachez que parmi les bienfaits il y a la grande fortune, mais mieux que la grande fortune est la bonne sant du corps, et mieux encore que la bonne sant du corps est la pit du cur.

Si tu veux tre obi, ne demande que ce qui est ralisable.

Vous avez plus besoin de montrer vos actes que dexprimer vos paroles.

* Vous avez plus besoin dappliquer ce que vous avez appris que dapprendre ce que vous navez pas encore appris.

Vous avez plus besoin de dpenser ce que vous avez gagn que de gagner ce que vous thsaurisez.

Votre besoin de la rtribution (rcompense) de ce que vous avez donn est plus grand que le besoin du solliciteur de ce quil vous a pris.

 

Vous tes plus enviable avec ce que vous avez offert que celui qui vous a demand avec ce quil a reu de vous.

Vous serez comptables de vos paroles, ne dites donc que ce qui est bien.

Vous serez rtribus selon vos actes, ne faites donc que ce qui est bien.

Vous avez plus besoin de faire des bonnes uvres envers les gens que daccumuler les biens.

Vous avez plus besoin daccomplir dactes nobles que de prononcer des paroles loquentes.

Tu nobtiendras ce que tu voudrais avoir de ton Seigneur que par labstinence de ce que tu dsires.

Il est certain que tu auras ce qui test imparti, que ta subsistance prdestine est assure, et que tu toucheras la totalit de ce qui test prescrit. Epargne-toi donc la misre de la convoitise et lhumiliation de la demande. Place plutt ta confiance en Allah et  attnue ton ardeur gagner.

Tes heures constituent les parties de la dure de ta vie, ne les passe donc  que  dans ce qui tapporte le salut.

Ton me est ta monture : si tu la surcharges, tu risques de la tuer, et si tu la mnages, tu te la garderas.

Ta pense ne peut contenir toutes les choses ; rserve-la donc pour limportant.

Ton argent ne saurait subvenir au besoin de tout le monde, consacre-le donc aux gens de la vrit.

Ta gnrosit ne saurait couvrir tout le monde, rserve-la donc aux meilleurs des gens.

 *

* Les pactes sont des colliers qui resteront autour des cous jusquau Jour de la Rsurrection. Quiconque les respecte, Allah se lie avec lui, quiconque les renie, Allah labandonne, quiconque sen moque, ils lui tiennent procs jusquau Jour de la Rsurrection.

Les curs ont dsir et dtestation, face et revers : entrez-y donc du ct face et dsir, car si le cur est contraint, il devient aveugle.

.

Ton flatteur trompe en ralit ton esprit, te dupe avec des louanges mensongres et de fausses flatteries. Si tu ne lui donnes rien ou que tu le prives de tes faveurs, en contrepartie, il te montre du doigt pour chaque scandale qui se produirait et il tattribue toute vilenie.

Quiconque choisit lobissance Allah comme capital, les bnfices tombent sur lui sans commerce.

 

Il vaut mieux suivre dans la voie du bien que dtre suivi dans la voie du mal.

Que celui dentre vous, qui dcouvre un dfaut chez un autre, soit discret, ne serait-ce qu cause de ce quil sait de ses propres dfauts.  

La mendicit est la cl de la pauvret.

On sera interrog (le Jour du jugement) sur tout ce quon appris de la science (religieuse), lexception de la partie applique.

Tout travail est vain sauf celui qui est fait avec dvouement.

Qui est incapable de garder son propre secret ne saurait garder celui dautrui.

La soumission au dsir, est la pire des maladies.

Il vaut mieux viter les actes de malfaisance quaccomplir des actes de bienfaisance.

:

Les gens sont de deux sortes : les uns demandent sans trouver et les autres trouvent sans se rassasier.

La sagesse veut que tu obisses ton suprieur, que tu respectes ton collgue et que tu sois quitable envers ton subalterne ( celui qui est au-dessus de toi, respectes celui qui est au mme niveau que toi, et sois quitable envers celui qui est au-dessous de toi).

 

La sagesse veut que tu ne contrarie pas celui qui est au-dessus de toi, ni humilier celui qui est au-dessous de toi, ni entreprendre ce qui dpasse ton pouvoir, ni laisser ta langue dire loppos de ce que ton cur ressent, ni parler de ce que tu ne sais pas, ni rejeter une affaire lorsquelle est ta porte et la vouloir lorsquelle sort de tes mains.

La vue du voyant serait inutile, si sa vue intrieure (sa clairvoyance) tait atteinte de ccit.