Le Coran

Sachez que cest ce Coran qui est le conseiller qui ne triche pas, le guide qui ngare pas, et le locuteur qui ne ment pas.

.

Ce Coran est lapparence lgante et au contenu profond. Ses merveilles sont infinies, ses secrets interminables, et les tnbres ne se dissipent que par lui.

:

Personne na visit ce Coran sans partir avec un plus ou un moins : un plus de guidance et un moins daveuglement.

La beaut du Coran rside dans (la sourate de) al-Baqarah et Âle Imrn.

Apprenez le Coran, car il est le printemps des curs, et soignez-vous par sa lumire, car il est la gurison des poitrines.

. ; .

Apprenez le Coran, il est la meilleure des paroles ; approfondissez-le, il est le printemps des curs ; soignez vos maladies avec sa lumire, car il est la gurison des poitrines ; lisez-le correctement et soigneusement, car il est le plus utile des rcits. Et sachez que  le savant qui applique quelque chose dautre que sa science, est comme lignorant perplexe qui ne se rveille pas de son ignorance, ou pire encore, car la preuve contre lui sera plus solide, son soupir (le Jour du Jugement) plus profond, et il est plus blmable auprs dAllah.

.

: .

Sachez que ce Coran est le conseiller qui ne trompe jamais, le guide qui ngare pas, linterlocuteur  qui ne ment point.

Personne na frquent ce Coran sans le quitter avec un plus et un moins : un plus de guidance et un moins daveuglement.

.

. .

Allah a rvl le Livre comme une lumire dont les flambeaux ne sauraient steindre, un foyer lternelle incandescence, une mer dont on ne peut atteindre les fonds, un guide qui ninduit pas en erreur, un rayon dont la lumire ne sobscurcit jamais, un critre de jugement de valeur, dont arguments ne sestompent pas, un manifeste aux piliers indestructibles,  un remde dont il ne faut craindre aucun effet secondaire, une puissance dont les partisans  ne seront jamais dfaits, une vrit dont les tenants ne seront jamais abandonns. Ainsi, il est le mtal  et le centre de la foi, les sources et mers de la Science, les jardins de lquit  et ses tangs, les fondements de lIslam et son difice, le fleuve de la Vrit et ses jardins. Cest une mer dont les utilisateurs ne pourront puiser, des sources que les consommateurs ne sauraient tarir, des fontaines que les buveurs nentament point, des foyers dont les voyageurs ne perdent pas le chemin, des jalons qui nchappent pas la vue marcheurs, des minences que ne peuvent dpasser ceux qui sy dirigent. 

: . .

Vous avez le Livre dAllah parmi vous: il distingue le licite de lillicite, fixe les obligations et les vertus, souligne les statuts abrogeant et les statuts abrogs, le gnral et le particulier, labsolu et le restreint, les leons tirer et les exemples suivre, labsolu et le restreint, le prcis et lambigu.  Il en explique le tout, en dvoile lobscur, indique clairement ce qui est fix comme obligatoire (par le Coran) et ce qui est abroger par la Sunna, ce qui est rendu obligatoire par la Sunna et ce qui est permis de dlaisser daprs le Livre, ce qui est obligatoire une poque et qui pourra disparatre dans le futur.  Il diffrencie dans les interdictions ce qui constitue un pch majeur, passible de la peine de Ghenne, et ce qui est un pch mineur susceptible dtre pardonn. Il distingue le minimum tolr et le maximum souhait dans chaque action.

.

Allah a fait du Coran un dsaltrant pour entacher la soif des savants, un printemps pour les coeurs des jurisconsultes, la destination finale des voies quempruntent les vertueux, un remde qui radique toute maladie, une lumire qui ne laisse de place aucune obscurit, une corde la prise solide, une forteresse dont le sommet est imprenable. Il est source de puissance pour quiconque en fait le matre et de paix pour quiconque  y adhre; il est une guidance pour quiconque sy rfre, un argument pour quiconque en argue, un tmoin pour quiconque sy appuie, un triomphe pour quiconque en fait son argument, un soutien pour quiconque le porte, un vhicule pour celui qui en applique les enseignements, une leon pour celui qui le mdite, une protection pour celui qui sy rfugie, une science pour quiconque comprend, un hadith pour quiconque rapporte, une sentence pour quiconque juge.

ɡ ; :

Sachez aussi quaprs tre guid par le  Coran personne na aucun besoin et quavant la guidance du Coran personne nest combl. Recherchez-y donc le remde de vos maladies, et demandez-lui assistance dans votre adversit, car il comporte la gurison des plus grands maux, savoir la mcrance, lhypocrisie, et le fourvoiement. Implorez donc Allah -et non les cratures- par lui, et dirigez-vous vers Lui par amour pour lui.  Car il ny a rien qui vaille le Coran, par quoi les adorateurs puissent sorienter vers Allah.

: .

Voil le Coran.  Interrogez-le.  Il ne parle pas, mais je vous dis ce quil peut vous apporter: il renferme la science de lavenir, un discours sur le pass, le remde de vos maux, larrangement de ce qui se passe entre vous.